Home | Livres

mercredi 12 mars 2008

Les cerfs-volants de Kaboul - Khaled HOSSEINI [8,5/10]

Les cerfs-volants de Kaboul est le premier roman de Khaled Hosseini, né à Kaboul en 1965 et résidant depuis l'âge de 15 ans aux Etats-Unis. Alors que le livre vient d'être adapté au cinéma, connaissant un difficile succès, j'ai souhaité placer ici en exergue le roman qui ne souffre lui aucune contestation et fera j'en suis sûr l'unanimité.

Car les cerfs-volants de Kaboul est une histoire dans l'Histoire, celle de l'Afghanistan des années 70 à nos jours, celle d'une terre qui n'a depuis trente ans plus connu la paix et le bonheur, celle d'un peuple pris en tenaille entre les soviétiques, les talibans et les Américains et qui n'a eu cesse de subir les assauts des uns et des autres.

Le roman fait le récit du destin de deux frères de lait, Amir, fils d'un riche marchand, et Hassan, le fils du serviteur de son père. Au delà des clivages sociaux, Amir et Hassan ont noué une belle amitié que rien ne semble pouvoir altérer. Rien si ce n'est une humiliation, une ignominie, celle que les talibans infligent un jour à Hassan, et ce devant les yeux mêmes d'Amir cachés derrière un mur et n'osant bouger. Les deux garçons sont amenés à rompre tout contact. Mais, bien des années plus tard, un mystérieux coup de fil ramène Amir à cette vieille réalité en lui proposant de se racheter...

Outre le récit haletant de ce roman qui nous plonge au coeur de l'Afghanistan, ce livre vaut essentiellement pour la peinture et le descriptif poignant de "l'enfer afghan". En effet, en même temps que l'on sent naître au fil des pages un attachement de plus en plus profond pour ces deux personnages, on ne peut qu'être bouleversé par le destin tragique de ce magnifique pays et de son quotidien de sang et de violence. A l'heure où les regards sont braqués sur l'Iraq, l'Iran ou le Liban, on prend conscience du chaos qui règne à Kaboul, de l'enfer que doivent supporter les afghans, des conditions de vie extrêmement difficiles, du déni permanent de la femme, et de cette peur qui ne lâche personne et qui saisit le lecteur au corps. Alors bien sûr le style n'est pas toujours extraordinaire et l'auteur tombe peut-être parfois dans quelques clichés, notamment sur les Etats-Unis. Mais l'on ne saurait en tenir rigueur à Khaled Hosseini tant il semble viscéralement attaché à son pays et tant on sent l'envie de faire prendre conscience de ce que fut et de ce qu'est désormais l'Afghanistan...Celui-ci signe avec les cerfs-volants de Kaboul un premier roman fort, poignant et pédagogiquement important.

Note : 8,5/10

1 commentaires:

Aïda a dit…

très juste ta chronique sur ce roman

j'ai lu "Les cerfs volants de
Kaboul", je l'ai vu au cinéma. Il a été bcp trop critiqué. On aime ou on aime pas du tout.
Moi je l'ai trouvé un vrai chef d'oeuvre, magnifique et captivant du début jusqu'à la fin.
la version ciné est top!!!!
Du même auteur "Milles soleils splendides". Je l'ai acheté mais pas encore lu...