Home | Livres

mercredi 12 mars 2008

La conjuration des imbéciles - John Kennedy TOOLE [9,5/10]

Attention : coup de coeur!

La conjuration des imbéciles est le premier des deux seuls romans jamais écrits par John Kennedy Toole , et pour cause...Car l'histoire de ce roman c'est d'abord et avant tout l'histoire de son auteur. En effet, après avoir achevé son roman en 1961, Toole, alors âgé de 24 ans, part à la recherche d'un éditeur manuscrit sous le bras. Après maintes et maintes tentatives et entretiens personne n'accepte de publier son histoire. Convaincu d'être un écrivain raté et déprimé, il se suicide en 1969 à l'âge de 32 ans...Mais il était écrit que sa gloire devait être posthume car sa mère, triant ses affaires, tombe sur le manuscrit et l'ayant trouvé excellent décide de convaincre à tout prix un éditeur. Et cela fonctionne...Le roman est publié en 1980 et reçoit immédiatement le prestigieux prix Pulitzer faisant de la conjuration des imbéciles l'un des plus grands succès de la littérature américaine!

Mais un tel succès posthume était-il justifié? Ou plus précisément était-il lié au roman lui-même ou au destin peu banal de son auteur? Et bien il suffit pour se faire une idée de rentrer dans l'univers très particulier de Ignatius J.Reilly, héros déluré de ce roman. Car Ignatius a au premier abord tout de l'anti-héros, caricature de l'américain moyen...Gros et gras, paresseux comme une couleuvre, n'ayant jamais travaillé et n'étant pour ainsi dire jamais sorti de chez lui, Ignatius est convainu d'être entouré d'imbéciles qu'il cherche évidemment à fréquenter le moins possible. Persuadé d'être un génie incompris, il passe son temps à griffoner des cahiers dans sa chambre, n'en sortant que pour se rendre à la cuisine! Le drame intervient le jour où sa mère (avec qui il vit seul et dans la plus parfaite harmonie), influencée par des amis, se met en tête de le faire sortir de chez lui pour qu'il se trouve un travail...Ignatius va alors être jeté en pleine jungle : d'employé dans une usine de jeans à vendeur de hot-dogs il va avoir maintes et maintes fois l'occasion de confronter sa théorie, empruntée à Jonatan Swift, selon laquelle "quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui"...

La conjuration des imbéciles est une perle rare dans le genre. Tout le monde n'accroche pas avec ce roman (je pense là à mon ami Alexis!!) et c'est tant mieux tant le livre est décalé, original et désopilant...On suit avec une joie croissante les tribulations et les péripéties de cet Ignatius J.Reilly, personnage repoussant sous tous les aspects, mais à qui l'on s'attache sans bien comprendre ni pourquoi ni comment. Tous les personnages secondaires gravitant autour du protagoniste apportent également leurs contributions humoristiques à cette fresque très haute en couleur. Car ne nous y méprenons pas, ne cherchez pas dans ce roman une critique implicite de la société américaine ou une quelconque moral à défendre. Si cela peut exister ce n'est pas l'objet essentiel de ce roman. Il faut prendre ce livre pour ce qu'il est et pour ce qu'il apporte : un immense moment de bonheur et d'humour, un pur délice d'originalité, d'ironie et d'aventures rocambolesques se succédant sans aucun temps mort, mais également un merveilleux moyen de rendre hommage à l'un des "écrivains ratés" le plus talentueux de ces cinquante dernières années...

Note : 9,5/10

0 commentaires: