Home | Livres

jeudi 7 février 2008

Extrêmement fort et incroyablement près - Jonathan SAFRAN FOER [9/10]

Avez-vous déjà entendu parler de Jonathan Safran Foer ? Pas encore ? Et bien cela ne serait tarder, à n'en pas douter, car rares sont aujourd'hui les auteurs américains capables d'écrire avec autant de subtilité et de justesse à propos des attentats du World Trade Center sans tomber dans les travers indigestes d'un patriotisme exacerbé ou d'une mièvrerie lacrymale. Mais attention, ne nous y méprenons pas, Extrêmement fort et incroyablement près n'est pas un roman SUR le World Trade Center, mais sur un de ses nombreux dommages collatérals, à savoir la perte d'un être cher...

Oskar a neuf ans et il est pour ainsi très en avance sur son âge. Surdoué, vif d'esprit, cultivé, il vit paisiblement entouré des siens dans le New-York de l'avant 11/09. Oskar est un petit garçon ultra-sensible, attachant, très proche de sa grand-mère et de son père. Mais, en ce triste jour de septembre 2001, son père meurt dans les attentats. La vie d'Oskar va alors basculer et se transformer en une longue et douloureuse quête...

Je vais être honnête, je ne parviens pas à écrire sur ce livre, je trouve le paragraphe précédent d'une platitude déconcertante comparée à toute la poésie, toute l'émotion que transpire ce magnifique roman. Car la quête d'Oskar est autant une quête de vérité, celle du comment et du pourquoi SON père est mort, qu'une véritable quête physique puisqu'il est convaincu, après avoir trouvé une clé en fouillant dans les affaires de son père, qu'il s'agit d'un indice laissé volontairement par son papa. De fil en aiguille, Oskar va remonter peu à peu à d'autres indices et commencer un véritable "tour des Etats-Unis des serrures" afin de trouver ce qu'ouvre cette clé!

Jonathan Safran Foer nous livre les pensées de ce petit garçon de neuf ans de manière remarquable, jouant alternativement de l'humour, de la poésie, de l'émotion. Il fait vivre autour d'Oskar des personnages eux-aussi rongés par les remords, les regrets, les doutes, la tristesse. Il s'applique à nous lier pieds et poings au mal-être de ce petit bonhomme tout en nourrissant constamment son texte de toutes sortes de réflexions désopilantes et d'inventions merveilleuses. Jamais Safran Foer ne cherche à nous tirer des larmes en évoquant les attentats. Il fait de cet acte terroriste une fatalité, il ne cherche pas à l'expliquer, à le condamner. Il se contente de dépeindre le quotidien d'un petit américain touché de plein fouet par cette catastrophe et qui, comme ses ainés, doit désormais vivre avec mais n'y parvient pas. Aucune compassion, aucune rancoeur, simplement un fait et l'une de ses nombreuses conséquences. Et puis, il s'agit également d'un roman-photo...De temps à autres, quelques images glissées subrepticement viennent nous heurter, sans qu'on les comprenne tout d'abord, comme une obsession, jusqu'à ce que peu à peu elles prennent un sens...qui n'est pas toujours celui que l'on croit! Mais pour comprendre cette dernière phrase il vous faudra d'abord lire le livre...

Note : 9/10

4 commentaires:

Lola a dit…

Salut,
J'ai beaucoup aimé ta chronique qui n'est pas du tout d'une "platitude déconcertante". C'est vrai que comme toi je trouve qu'il est difficile de retranscrire la force et la beauté de ce livre.
je suis juste déçue que ce livre n'est pas eu plus de succès que ça. Je ne connais presque personne qui l'a lu.
Merci pour tes critiques.

Matthieu a dit…

Merci Lola, pour ton commentaire. C'est vrai que peu de personnes l'ont lu et c'est vraiment dommage C'est moi-même une amie qui m'avait parlé de ce livre en m'affirmant qu'il était magnifique. Je pense m'attaquer rapidement à ses autres romans. En as-tu déjà lu certains?

Aïda a dit…

Si t'as trouvé magnifique "Extrêmement fort et incroyablement près" et bien tu vas aimer du même auteur "Tout est illuminé". Un roman qui a connu moins de critiques et un peu plus de succès mais pas assez par rapport à ce qu'il mérite.

Pour ta chronique sur ce livre, je la trouve assez juste. Moi non plus, je comprend pas pourquoi ce livre n'a pas connu de succès.
Je l'ai trouvé "incroyablement beau et émouvant".

Anonyme a dit…

Le meilleur roman que j'ai lu